Actualités

Covid-19 : marchés de plein vent                                                                                 28/03/20

Suite à l'interdiction des marchés de plein vent, le réseau et les maires se sont mobilisés pour envoyer des demandes de dérogation à la préfecture. Le 27 mars 2020, la préfecture a autorisé l'ouverture de 79 marchés de plein vent. Vous trouverez ci-dessous :

- le courrier du réseau adressé à la préfecture

- la liste des marchés autorisés au 27/03/2020

Pour les marchés non autorisés par la préfecture, vous trouverez des documents pour vous aider à trouver des alternatives :

                              - la liste des outils de vente directe

                              - des exemples d'alternatives


Covid-19 : recensement offre et demande en produits biologiques                              27/03/2020

Suite aux nombreuses sollicitations de producteurs, de magasins et de consommateurs, nous avons créé un fichier en ligne pour recenser les produits à écouler et vos demandes de produits.

Merci de remplir le fichier et le mettre régulièrement à jour pour être au plus près de vos demandes et stocks.


Covid-19 : bonnes pratiques et impacts sur la vie du GABB                                       18/03/20

 

Nous ne sommes présents physiquement au bureau ou dans vos fermes, mais restons bien actifs et connectés, en télétravail. N'hésitez pas à nous contacter pour faire avancer des dossiers en cours ou bien nous interroger sur les conduites à tenir liées au coronavirus. Nos contacts. 

 

En cette période de confinement, le réseau GAB/CAB/FNAB met tout en oeuvre pour répondre à vos questions. Voici, dans un premier temps, les réponses aux questions les plus fréquentes.

 

La FNAB remonte, chaque soir, les problématiques rencontrées sur le terrain au cabinet du MinistèreNous vous tenons informés des évolutions en cours et veillons à centraliser vos questions restant sans réponse. Le GABB centralise vos questions : gabbanjou@wanadoo.fr  

 

Parmi les informations clefs, notez que la vente directe n'est pas interdite. La distribution de denrées alimentaires en magasins, sur les marchés ou via les AMAP est maintenue sous réserve de respecter quelques règles.

 

Pour les communes où le Maire aurait suspendu les marchés, la fédération des marchés de plein vent propose un courrier type à lui adressé et un guide des bonnes pratiques à joindre au courrier. La fédération propose aussi une affiche à installer sur les stands
 

Pour informer la population au mieux, le gouvernement a créé un site dédié au Corona-virus où trouver de nombreuses informations utiles, telles que l'évolution de la pandémie ou encore l'attestation employeur à fournir à tous vos salariés contraints de se déplacer.

 

En ce qui concerne les rencontres organisées par le GABB :

> Toutes les formations programmées avant le 15 avril sont reportées à une date ultérieure.

> La réunion du vendredi 10 avril, sur les aides PAC Bio est maintenue. Nous nous organisons pour l'assurer à distance. Nous vous tiendrons informés des modalités dés que possible. 

 

En dehors du GABB, l'enquête publique pour impacter la PAC (voir article ci-dessous) est reportée en septembre. Nous vous tiendrons là-aussi informés. 

 

Enfin, pour vous aider dans cette période délicate, la lettre d'information aux adhérents sera plus fréquentes (chaque jeudi) et surtout enrichie de vos annonces liées à la pandémie (exemple: excédent d'oeufs, recherche de paille à proximité, etc.). Pour un maximum de visibilité, vous le retrouvez également dans la rubrique annonce de ce site. 

 


Une enquête publique pour impacter la PAC !                                                           03/03/20

 

Un débat public sur la réforme de la Politique Agricole Commune (PAC) a été officiellement lancé au Salon de l’Agriculture dimanche 23 février. Il se nomme « ImPACtons ! »  et se déroule jusqu’au 31 mai. 

 

Ce débat est organisé par la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), l’autorité administrative indépendante qui garantit le droit à l’information et à la participation du public sur les grands projets, programmes ou plans ayant un impact sur l’environnement. 

 

Le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (MAA) attend de ce débat public qu’il « donne les priorités sur lesquelles doivent être ciblées les mesures et financements de la PAC » et s’engage à « reconsidérer certains choix à la suite du débat public ».

 

Comment se mobiliser et participer au débat ?

 

1) En s'informant à travers les documents d’information mis à disposition par la CNDP, la Plateforme pour une autre PAC dont la FNAB est membre vous aide à comprendre la PAC et vous livre sa vision des faits. De quoi nourrir votre réflexion et faire des propositions concrètes dans le cadre du débat !

 

2) En contribuant (jusqu'au 31 mai inclus), c'est à dire laisser vos avis et commentaires, et surtout poser des questions sur la plateforme imPACtons ! de la CNDP.

=> SI vous êtes une organisation, vous pouvez également déposer un cahier d’acteurs qui résume votre position sur la PAC.

 

3) En votant (jusqu’au 23 mars inclus), c'est à dire hiérarchiser les objectifs qui, selon vous, devront être poursuivis en priorités par la PAC.

 

4) En participant (si vous êtes tiré au sort) à l’Assemblée Citoyenne sur l’Agriculture (ACA) qui se déroulera du 27 au 29 mars et qui permettra de statuer sur la hiérarchisation des objectifs. Tenez-nous informés si c’est le cas !

 

5) En participant aux réunions thématiques organisées près de chez vous. Plusieurs réunions thématiques sont organisées à travers la France.

=> A Angers, une réunion est programmée le 8 avril avec pour thématique « Nouvelles technologies et innovations : quels impacts quelles opportunités pour le monde agricole ?».

 

S'agit-il d'une énième consultation ?

 

Le futur Plan Stratégique National étant soumis à la validation de l’Autorité Environnementale, le MAA a été obligé de saisir la CNDP : c’est la loi ! Et contrairement à ce qu’on a pu lire dans la presse, ce n’est pas le gouvernement mais bien la CNDP, en tant qu’autorité indépendante, qui est à l’origine du débat public sur la PAC… Certes, le Gouvernement n’est pas obligé de reprendre les conclusions de la CNDP. C’est ce qui s’est passé pour le débat public sur la Programmation Pluriannuelle de l’Energie en 2018. Néanmoins, il est obligé de s’expliquer et de justifier pourquoi il ne prend pas en compte ses recommandations… D’où l’importance de faire entendre notre voix dans le cadre du débat public. Il sera d’autant plus facile d’interpeller le Gouvernement et de lui demander des explications si nous avons fait des propositions concrètes en amont ! Et puis, n’oublions pas que certains débats publics ont été une victoire : c’est le cas de la Montagne d’Or, un projet de mine d’or industrielle en Guyane française qui a été abandonné suite à la mobilisation des citoyen.ne.s dans le cadre et autour du débat public organisé par la CNDP en 2018.

 

 


Assemblée Générale GABBAnjou : le 10 mars 2020 à Jarzé                                             04/02/20

Cette année, l'Assemblée Générale se déroulera dans le Baugeois, à Jarzé plus exactement! 

 

Nous comptons sur votre présence le mardi 10 mars 2020 toute la journée.

 

Débat, visites, ateliers... Voici le programme !



Printemps Bio 2020 : lancement de campagne!                                                             30/01/20

 

En 2020, le "Printemps BIO" revient pour faire découvrir au Grand Public l'agriculture bio, les producteurs près de chez eux et les enjeux liés aux modes de production biologiques.

Il se déroulera du samedi 23 mai au dimanche 14 juin.

Si vous comptez organiser un évènement sur cette période, nous invitons à l'inscrire dès maintenant dans le cadre de cette campagne nationale afin de bénéficier de notre soutien (aide financière, communication...).

=> POUR CELA, REMPLISSEZ CE QUESTIONNAIRE AVANT LE VENDREDI 13 MARS 2020.


L'eau : une denrée qui se raréfie

 ET VOUS, QUELLE EST VOTRE SITUATION ?

 

L'eau devenant un sujet crucial pour les années à venir, nous vous invitons à compléter sans plus attendre un court questionnaire (5 à 10 minutes) sur votre gestion de l'eau au quotidien. Celui-ci nous permettra d'ajuster au mieux nos services à vos besoins. 

 

Accès au questionnaire


Réunion d'information sur les aides PAC Bio 2019

Une réunion d'informations aura lieu mardi 2 avril à 10h30 à Mûrs-Erigné en présence de la DDT 49.

 

Face au retard du paiement des aides bio des années précédentes et face à l’annonce du Conseil Régional de ne pas financer les nouvelles demandes d’aides maintien et conversion (seulement pour les Jeunes Agriculteurs) en 2019, nous vous proposons de faire le point ensemble :

 

- Dossiers Aides Bio 2016-2017-2018

- Les détails et conditions pour accéder aux aides bio et les nouvelles restrictions

- Les nouveautés de la déclaration 2019

 

Le GABB Anjou vous propose une réunion d’information avec l’intervention d’Aurélia Domalain de la DDT49, afin d’avoir les informations importantes et d’échanger avec les autres producteurs bio du département.

 

N’hésitez pas à nous indiquer votre intention de participer à cette rencontre en appelant au GABB au 02 41 37 19 39 ou par mail à ecornetgabbanjou@orange.fr

Lieu : salle du Conseil au GABBAnjou, 70 route de Nantes 49610 Mûrs-Erigné

 


Nouvelle commission Gestion du risque : c'est parti !

La thématique de la gestion des risques en agriculture fait l’objet d’une attention particulièrement forte ces dix dernières années. Cela s’explique par des facteurs environnementaux (dérèglements climatiques, volatilité des prix agricoles, etc.) ainsi que par le désir de certaines institutions (la Commission européenne notamment) de réorienter le soutien public aux producteurs vers des aides « contra-cycliques », n’intervenant que pour compenser les manques à gagner lorsqu’ils sont dus à des crises ponctuelles.

 

La FNAB n’a jusqu’ici que peu investi cette thématique, si ce n’est pour se positionner dans le cadre de réformes de la PAC. La dernière en date (PAC 2014 - 2020) a d’ailleurs mis en place deux outils de gestion du risque agricole : le Fonds national agricole de mutualisation sanitaire et environnemental (FMSE) et l’assurance récolte, dans le deuxième pilier de la PAC, en concurrence des aides bio. Le faible investissement de la FNAB dans cette thématique s’explique notamment par le fait que la gestion du risque n’apparaissait pas, jusqu’ici, comme une thématique spécifiquement « bio », comme le seraient le crédit d’impôt ou l’aide conversion.

 

Cependant, avec le développement des surfaces bio depuis 2015, notamment en grandes cultures, le réseau FNAB a été alerté par des producteurs de la nécessité de travailler certains sujets, aux premiers rangs desquels les contaminations de voisinage et les dégâts du gibier. Le conseil d’administration de la FNAB a validé la création d’une commission « gestion du risque », dans la mesure où ces deux sujets sont spécifiquement « bio ».

 

Objectifs de la commission :

 

Identifier les risques agricoles spécifiques au mode de production biologique

Informer les producteurs du réseau des outils de gestion du risque qu’ils peuvent mobiliser et de leur évolution

Proposer la création de nouveaux outils adaptés aux productions biologiques lorsqu’ils font défaut

 

Première réunion de la commission gestion du risque : le mardi 30 octobre à la FNAB. N'hésitez pas à contacter le GABB si cela vous intéresse.


Pour une Autre PAC : la plateforme publie son document de plaidoyer

Reformée en mars 2017 pour porter la voix de l’agriculture durable et alternative au modèle conventionnel, la plateforme "Pour une Autre PAC", dont la FNAB fait partie, vient de sortir ce vendredi 21 septembre son document de plaidoyer « Osons une vraie réforme de la PAC ».

Ce document est à destination des décideurs politiques français : ministères de l’Agriculture et de l’Environnement, députés, sénateurs, etc. Fruit de mois de travail entre les différents collèges d’organisations (paysannes, environnementales, consommateurs, bien-être animal et solidarité internationale), ce plaidoyer renseigne à la fois sur le modèle souhaité pour la présente réforme de la PAC et à l’horizon de 2030. Et il fait la part belle à l’agriculture biologique !

 

Le communiqué de presse de la plateforme ICI

Le tout nouveau site de la plateforme : https://pouruneautrepac.eu/


Réglementation OGM

La Cour de justice de l'Union européenne confirme que tous les nouveaux OGM doivent être réglementés comme tels

 

Voici un communiqué de presse commun aux 9 organisations qui ont déposé un recours au Conseil d'Etat en 2015 afin de faire reconnaître le caractère OGM de certaines cultures en particulier de tournesol et de colza. Avant de statuer le Conseil d'Etat a posé 4 questions préjudicielles à la Cour de Justice de l'Union Européenne dont les réponses sont publiques depuis aujourd'hui. 

 

Parmi les 9 requérants, en plus des organisations nationales qui ont de nombreux adhérents dans notre département comme la Confédération Paysanne, le Réseau Semences Paysannes, les Amis de la Terre ou Nature et Progrès, il y a aussi  2 associations du Maine et Loire: le Comité de Soutien des Faucheurs Volontaires et vigilance OG2M.

Télécharger
CP Commun - OGM_arret_CJUE (2).pdf
Document Adobe Acrobat 162.7 KB

2018

L'utilisation du glyphosate annule les bénéfices pour la biodiversité permis par le sans-labour

 

 

Suite à un récent communiqué de presse du CNRS et du Muséum national d'histoire naturelle (MNHN), l'impact négatif des pratiques agricoles sur la biodiversité a été largement relayé dans la presse généraliste. Contribuant à ce débat, des chercheurs du MNHN et d'Agrosolutions ont publié mi-mars, dans la revue Agriculture, Ecosystems & Environment, une analyse de l'impact sur les populations d'oiseaux de différentes méthodes de travail du sol de parcelles de blé et de colza d'hiver

 

http://veilleagri.hautetfort.com/archive/2018/04/11/l-utilisation-du-glyphosate-annule-les-benefices-pour-la-bio-6042529.html

 

 


Semences-bio.org change de tête

19/06/18

 

Nouveau site internet pour semences-biologiques.org

 

Mais même adresse mail !

 

Familiarisez-vous avec le tutoriel (téléchargeable ci-dessous)

Télécharger
semences-biologiques-mode-emploi.pdf
Document Adobe Acrobat 2.1 MB

Lancement d'une mission FNAB sur l'enjeu biodiversité

Avec le soutien de l'Agence Française de la Biodiversité (AFB), la FNAB ouvre prochainement un poste en CDD pour défricher les interactions entre AB et biodiversité et évaluer l'opportunité d'investir cette thématique, en lein notamment avec les acteurs publics locaux. Un groupe de travail sera formaliser, en attendant faire part de votre intérêt !

 [Plus d'infos auprès d'Antoine VILLAR, animateur FNAB]


Retour sur le colloque "Quelle est la place des femmes dans la bio ?" du 10 avril 2018

Cette année, le colloque public de l'AG de la FNAB avait pour thème la place des femmes dans l'agriculture biologique. Un thème qui a eu du succès : environ 350 personnes sont venues y assister !

>> [Présentation synthétique des résultats]

>> [Pour revoir ce colloque]


Règlement bio, encore une chance d'aller plus loin

Paris, 22/05/2018. Le nouveau règlement bio européen a définitivement été approuvé aujourd'hui par le Conseil des ministres. Ces nouvelles règles s’imposeront à tous les producteurs et productrices bio européens à partir du 1er janvier 2021. Après 4 ans de négociations, de belles victoires ont été remportées, comme sur les semences populations, mais le renforcement franc du niveau d'exigence que la FNAB appelait de ses vœux n'est pas arrivé. Des améliorations restent encore possibles, il faut les saisir. CP cliquez ici !


Interpellation des parlementaires en Pays de la Loire

 

Le collectif régional « AIDES Bio » a sollicité une rencontre avec les 47 parlementaires des Pays de la Loire sur le problème de financement des aides Bio.

 

Plus d'informations ici


Communiqué de presse du COPAIN 49 du 9 avril 2018

 (Confédération paysanne – GABBAnjou – CIVAM 49–  et de nombreux paysans angevins engagés dans ce combat)

 

Suite à l'abandon du projet d'aéroport, l'avenir de la ZAD (Zone pour un Avenir Désirable) de Notre Dame des Landes est en discussion.

 Les solutions existent pour que la très grande majorité des activités présentes se pérennisent en conformité avec le droit commun.
 
Sur ce territoire de bocage, une grande biodiversité a été préservée.
Nous sommes tous convaincus qu'il faut y défendre une agriculture paysanne et bio à échelle humaine et respectueuse de l'environnement.

 Nous croyons au dialogue, et pensons que l'urgence est surtout de se donner du temps, et de chercher l'apaisement. Nous pensons que l’état doit montrer l’exemple et que la préfète s’est positionné avec mesure et discernement depuis l’annonce de l’arrêt de ce projet inutile

Malheureusement, le gouvernement décide de passer en force. Or la violence engendre la violence. Ce n'est pas en détruisant des lieux de vie ou en mettant la pression sur des paysans que l'on construit un avenir apaisé.

Nous sommes fermement opposés à l'opération en cours et appelons donc les paysans à se mobiliser pour protéger ce territoire et ceux qui y vivent, pour leur permettre un avenir collectif

Rendez vous 18h ce soir devant la préfecture d'Angers et les sous préfectures de Cholet et Segré

 Contacts presse :

 

  • Philippe Jaunet : 06 33 36 47 71

  • Eudes Gourdon : 06 73 95 83 61

  • Denis Roulleau : 06 43 95 23 69

 A Mûrs Erigné, le 9 avril 2018

 


"1.1 milliard pour la Bio : une annonce à la hauteur de l'enjeu"

L'annonce de soutien public devrait être confirmée par l'Etat prochainement. Si nous pouvons nous réjouir de cette annonce, reste encore à éclaircir les modalités opérationnelles.

 

Pour lire le communiqué de presse de la FNAB, cliquez ici !


Assemblée générale du GABBAnjou : mardi 13 mars 2018

Mardi 13 mars à la salle du Hutreau à Sainte Gemmes sur Loire, le GABBAnjou tient son assemblée générale annuelle.

 

C'est l'occasion de tous de se RETROUVER !

 

AG Statutaire le matin : Venez VOTER

Repas partagé : Venez vous RÉGALER

Visites de fermes et ateliers l'après midi : Venez ÉCHANGER

 

Invitation ci-dessous avec les informations pratiques.

Télécharger
invitation AG 2018 GABBAnjou.pdf
Document Adobe Acrobat 448.2 KB

Le réseau se mobilise pour défendre les aides

Vendredi 17 novembre 2017, environ 300 personnes, agriculteurs et consommateurs de toute la région, se sont réunies devant le Conseil Régional à Nantes, pour défendre l'agriculture biologique. Une délégation a été reçue par le Conseil Régional et l'Etat.

 

Retrouvez toutes les infos sur le site de CAB, en cliquant ici.

Retrouvez également les articles parus dans la presse.

 

Télécharger
Tract de la Mobilisation du 17 Novembre 2017
TRACT mobilisation 17112017.pdf
Document Adobe Acrobat 559.0 KB
Télécharger
Communiqué de Presse de la Mobilisation
CP mobilisation 17112017.pdf
Document Adobe Acrobat 449.8 KB
Télécharger
Communiqué de presse suite à la mobilisation
CP Bilan mobilisation BIO.pdf
Document Adobe Acrobat 469.9 KB

Mobilisation des agriculteurs bio du Maine et Loire

 Suite à l'annonce de Stéphane Travert, ministre de l'agriculture, En Maine et Loire, les agriculteurs bio des différentes régions se sont rassemblés pour discuter de l'avenir de la bio.

 

Dans le Beaugeois, le agriculteurs ont organisé une porte-ouverte afin d'interpeller leurs élus et de dénoncer l’arrêt du soutien aux aides bio de l’Etat et de la Région.


Pourquoi une pomme des années 50 équivant à 100 pommes aujourd'hui

Depuis 1950, des chercheurs mesurent le contenu nutritionnel de l’alimentation. À côté des glucides, protides et autres lipides, la présence de micro-nutriments – vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides gras et acides aminés – est indispensable à notre santé. Or dans les années 1950, manger une banane, une orange et une pêche, suffisait à pourvoir les « apports journaliers recommandés » (AJR) d’une personne en vitamine A. Aujourd’hui, vu les teneurs en nutriment, il faudrait 5 bananes, 10 oranges, et 26 pêches pour avoir sa dose de vitamine A !

 

Le rapport Still No Free Lunch de Brian Halweil, du World Watch Institute (États-Unis), publié en 2007 fait le bilan des études existantes. Et met en évidence cette « dilution en nutriments » généralisée.

 

Quelles sont les causes de ce phénomène ? Les méthodes agricoles d’abord : l’utilisation intensive de pesticides et d’herbicides, les excès d’engrais qui augmentent la vitesse de croissance des plantes et diminuent proportionnellement le temps de fixation des micronutriments. Les techniques intensives épuisent aussi les sols, dont la teneur globale en nutriments diminue dans certaines zones. En cause également, selon Brian Halweil, les traitements de conservation et les rallongements du temps de transport. Un aliment parcourt, selon cette étude, en moyenne 2.500 kilomètres avant d’être consommé ! Certains fruits, cueillis trop tôt, n’ont pas le temps de développer les nutriments liés à l’ensoleillement, comme les anthocyanines ou polyphénols, ces composants qui nous protègent contre le cancer ou la détérioration des cellules du cerveau. Quant au taux de vitamine C dans les pommes et abricots cueillis verts : il est proche de zéro !

 

Cet article est un extrait d'un texte de Bastamag! à lire ici.