Actions syndicales


Juin 2021 : début de mobilisation PAC pour défendre les producteurs bio du 49

 

Depuis l’annonce, le 21 mai 2021, par le ministre de l’agriculture de ses orientations concrètes pour la future programmation PAC, notre réseau se mobilise localement et nationalement pour protester contre une politique agricole injuste et particulièrement défavorable aux producteurs et productrices bio.

 

Au niveau national, la FNAB a organisé une campagne de communication « La bio à poil » pour informer l’opinion publique et faire réagir le ministre à une liste de revendications. Cette campagne a abouti à une manifestation à Paris rassemblant plus de 400 personnes le 2 juin dernier, et à une forte mobilisation sur les réseaux sociaux, où des dizaines de producteurs ont joué le jeu de poser « à poil ». Cette campagne a été bien relayée sur les réseaux sociaux (twitter principalement) ainsi que dans la presse locale et nationale. Elle a provoqué une vive réaction du ministre de l’Agriculture, qui a déployé une grande énergie pour dénoncer cette mobilisation et mettre en avant les aides proposées pour la conversion bio. Suite à cela, la FNAB a pu rencontrer les ministres de l’Agriculture et de la Transition écologique.

 

Au GABBAnjou, les administrateurs ont sollicité les représentants politiques locaux, le lundi 14 juin, une semaine avant le premier tour des élections régionales. Ils ont reçu sur une ferme bio les candidats aux élections, les députés du département et le préfet.

Bilan de cette mobilisation : deux députés de la majorité présidentielle se sont rendus sur place (Denis Masséglia et Stella Dupont), une troisième députée de la majorité qui n’a pas pu venir a envoyé un collaborateur parlementaire. Deux représentants de la liste PS candidate aux élections régionales ont également fait le déplacement

La préfecture du Maine-et-Loire et la DDT nous ont fait savoir que les fonctionnaires étaient à ce moment-là en période de réserve avant les élections et ne pouvaient donc pas répondre à l’invitation. Une dizaine de producteurs bio et membres du conseil d’administration du GABB étaient présents. Ils ont développé leurs préoccupations et revendications, que les députés se sont engagés à faire remonter auprès du ministre de l’Agriculture.

Les politiques présents ont pu exprimer leur vision de la situation. Denis Masséglia a défendu strictement la politique gouvernementale et la proposition du ministre pour la future PAC, en insistant sur la nécessité de progressivité dans la transition des modèles agricoles, et sur le soutien qui a déjà été apporté jusqu’ici aux producteurs bio. Stella Dupont s’est montrée plus nuancée et favorable à une vraie reconnaissance des bénéfices de l’agriculture bio et à une différenciation notamment vis-à-vis du label HVE qui est aujourd’hui fortement mis en avant par le ministère de l’Agriculture.

 

=> La presse avait également fait le déplacement : les rédactions du Courrier de l’Ouest et d’Ouest France étaient présentes. Cette mobilisation a même fait la une du Courrier de l’Ouest annonçant une pleine page dans le journal.

 

Et depuis, que s’est-il passé ?

 

Soyons honnêtes, pas grand-chose. Même si notre mobilisation a bien gêné le ministre, sa position n’a pas bougé et il persiste dans ses choix. Peur du syndicat majoritaire ? Conviction profonde pour la défense du modèle agricole conventionnel ? Image à préserver en vue d’une belle carrière politique ? Beaucoup de raisons potentielles à cet immobilisme

 

Et maintenant, on fait quoi ?

 

Nous allons continuer à nous mobiliser, notamment en allant à la rencontre des députés de la majorité qui n’avaient pas fait le déplacement le 14 juin dernier. Ceci afin de les interpeller directement sur la question de la future PAC. 

 


Mars 2021 : une aide à la reconnaissance environnementale pour 2021 et 2022

La CAB réclamait depuis plus deux ans la poursuite d’une aide environnementale en faveur des producteurs bio. Les contrats MAB (Maintien à l’agriculture biologique) se sont en effet interrompus à partir de 2019, sans possibilité de renouveler les contrats parvenus au terme des 5 années d’engagement pris en 2014 puis ceux de 2015. Cette interruption était incohérente alors que de nombreuses MAEC aux effets environnementaux plus limités se poursuivaient, que les quatre autres régions du grand Ouest maintenaient la MAB et que les négociations pour la PAC 2023 intègrent la reconnaissance des systèmes bio. Le réseau CAB a défendu au départ seul ce sujet dès mai 2020 pour faire avancer une aide à la reconnaissance en Pays de la Loire. A l’automne, le dossier est revenu sur la table. La CAB a animé un groupe de travail avec la Chambre d’agriculture, la Coopération agricole Ouest, Interbio, UNEBIO et Biolait pour construire un argumentaire commun. Collectivement, nous avons défendu une aide à la reconnaissance pour 2020, 2021 et 2022 pour toutes les fermes bio et pour tout le territoire.

 

Ce combat syndical est une réussite ! Le Conseil régional des Pays de la Loire vient d’annoncer la mise en place d’une aide à la reconnaissance environnementale de la Bio pour 2021 et 2022. Nous regrettons que l’année 2020 n’ait pas été intégrée.
En pratique, cette aide s’appuiera sur le dispositif MAB actuel via la déclaration PAC :
• Les montants / ha seront ceux de la MAB
• Pour réduire la consommation d’enveloppe, seules pourront être déposées des demandes comprises entre un plancher de 5000 € / ferme / an et un plafond de 7500 € / ferme / an (transparence GAEC jusqu’à 4 associés).
• En-dessous du seuil de 5000 €, les producteurs seront invités à faire une demande de Crédit d’impôt bio (3500 € mais non fiscalisés, hors compte de résultat).

La CAB Pays de la Loire proposera dans les prochaines semaines des éléments d’information plus précis sur ce dispositif.


Novembre 2020 : déploiement de la fibre dans nos campagnes

Le Conseil Départemental poursuit un objectif ambitieux : 100% de l’Anjou desservi en fibre optique d’ici 2022. Pour tenir la cadence, la fibre est majoritairement implantée au-dessus des fils téléphoniques. Pour éviter les amendes et frais de réparation en cas d'endommagement, certains propriétaires décident d'éliminer leurs haies... Si l’arrivée de la fibre optique peut être un atout pour le monde rural, elle ne doit pas se faire au détriment du bocage qui rend lui aussi de nombreux service (fertilité des sols, refuge de biodiversité, qualité de l'eau, de l'air...). Le GABBAnjou s'associe à plusieurs syndicats agricoles et associations environnementalistes pour inviter les élus à la réflexion. Il invite également ses adhérents à maintenir la pression sur leurs élus locaux en leur adressant une lettre ouverte téléchargeable ci-dessous.

 

Les signataires de ce communiqué : Groupement des Agriculteurs Biologistes et Biodynamistes du Maine-et-Loire / Confédération Paysanne du Maine et Loire / Coordination Rurale du Maine et Loire / Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles du Maine et Loire / Jeunes Agriculteurs Maine et Loire / Ligue de Protection des Oiseaux Anjou / CIVAM Agriculture Durable 49 / Coopérative d’Installation en Agriculture Paysanne du Maine et Loire / Terre de Liens Pays de la Loire / Accueil Paysan Pays de la Loire / Sauvegarde de l’Anjou / Nature et Progrès Anjou / Horizon Bocage / Eleveurs Biologiques des Pays de la Loire / Bio Consom’acteurs Pays d’Angers.

 

Contacts presse au GABBAnjou :

Sylvie Fradin Rabouin – 02 41 78 90 59 – Présidente

=> Des représentants du GABBAnjou rencontrent Philippe Chalopin, président d'Anjou Numérique, ce vendredi 18 décembre afin d'échanger au sujet du déploiement de la fibre optique en région bocagère. N'hésitez pas à nous adresser d'ici là tous témoignages utiles à leur argumentaire.


Mai 2020 : une campagne de communication pour interpeller les députés sur la PAC

 

La France va bientôt entrer dans une phase de négociations importante de la réforme de la PAC. Le GABBAnjou appartient, via la FNAB, à la plateforme Pour une autre PAC. Cette dernière s'associe au mouvement Good Food Good Farming pour interpeller les eurodéputé-es et demander une politique agricole à la hauteur des défis alimentaires, sociaux et environnementaux d'aujourd'hui. Plus d'info => Article du site de Pour une autre PAC.